20/10/2010

L'homme riche et Lazare

L'homme riche et Lazare

 

- « Il y avait une fois un homme riche qui s'habillait des vêtements les plus fins et les plus coûteux et qui, chaque jour, vivait dans le luxe en faisant de bons repas.

 
- Devant la porte de sa maison était couché un pauvre homme, appelé Lazare. Son corps était couvert de plaies.
 
- Il aurait bien voulu se nourrir des morceaux qui tombaient de la table du riche. De plus, les chiens venaient lécher ses plaies.
 
- Le pauvre mourut et les anges le portèrent auprès d'Abraham. Le riche mourut aussi et on l'enterra.
 
- Il souffrait beaucoup dans le monde des morts ; il leva les yeux et vit de loin Abraham et Lazare à côté de lui.
 
- Alors il s'écria : “Père Abraham, aie pitié de moi ; envoie donc Lazare tremper le bout de son doigt dans de l'eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre beaucoup dans ce feu.”
 
- Mais Abraham dit : “Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu beaucoup de biens pendant ta vie, tandis que Lazare a eu beaucoup de malheurs. Maintenant, il reçoit ici sa consolation, tandis que toi tu souffres.
 
- De plus, il y a un profond abîme entre vous et nous ; ainsi, ceux qui voudraient passer d'ici vers vous ne le peuvent pas et l'on ne peut pas non plus parvenir jusqu'à nous de là où tu es.”
 
- Le riche dit : “Je t'en prie, père, envoie donc Lazare dans la maison de mon père, où j'ai cinq frères.
 
- Qu'il aille les avertir, afin qu'ils ne viennent pas eux aussi dans ce lieu de souffrances.”
 
- Abraham répondit : “Tes frères ont Moïse et les prophètes pour les avertir : qu'ils les écoutent ! ”
 
- Le riche dit : “Cela ne suffit pas, père Abraham. Mais si quelqu'un revient de chez les morts et va les trouver, alors ils changeront de comportement.”
 
- Mais Abraham lui dit : “S'ils ne veulent pas écouter Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader même si quelqu'un se relevait d'entre les morts.”  »

2gwbcjl.gif

 

17:34 Écrit par Esprit Solstice dans general | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.